Prière d’…

A l’heure où ces lignes sont écrites, une tentative de médiation a été proposée pour résoudre le conflit opposant les associations musulmanes à la mairie de Clichy La Garenne.

Un nouvel épisode dans la confrontation entre les représentants de l’Etat et les fidèles à la religion musulmane est donc en train de se jouer et comme à l’accoutumée, les medias se déclarent arbitre de la situation en diffusant tout et son contraire.

Rappelons les faits :

En mai 2016, une nouvelle mosquée est inaugurée à Clichy La Garenne. Elle est censée remplacée celle située dans la même ville Rue d’Estienne d’Orves. En dépit de cela, une partie des fidèles estime que le nouvel édifice est trop « exiguëe et excentré » pour offrir tous les services religieux.

Aussi, afin de bien faire entendre leur mécontentement, depuis environ huit mois, régulièrement (tous les vendredi), des prières sont organisées dans la rue engendrant là un trouble manifeste de la circulation et à l’ordre public.

Vendredi dernier (10/11/2017), la coupe est pleine. Une centaine d’élus (comptage de la police ?), écharpe enroulée au corps, décide de braver cette manifestation religieuse en se confrontant physiquement aux fidèles, le nez dans le tapis. Marseillaise, trémolos républicains (peut-être même laïcs ?)…

Et puis surtout les journalistes qui s’empressent de rapporter à leur rédaction les faits forcément objectifs à savoir que des élus sont venus perturber les prières de rue (j’allais écrire traditionnellement) organisées tous les vendredis :

Le même titre accrocheur pour Libération, Le Figaro, Le Point (merci la dépêche AFP) : « Clichy : une centaine d’élus tentent d’empêcher une prière de rue… »

« Le Parisien : le coup de force  des élus »

etc etc

 

Bien bien…

Au delà de cette passion enfiévrée, que nous dit la Loi au regard de cette situation ?

 

Les prières de rue ne sont pas interdites par la Loi. Cela peut surprendre mais c’est ainsi. La loi sur la laïcité ne mentionne pas d’interdiction en ce sens. Tout au plus, ces manifestations créent-elles un trouble à la circulation et à l’ordre public.

Pour rappel, cette situation n’est malheureusement pas inédite puisqu’en 2014, les mêmes faits s’étaient produits. Il avait alors fallu l’intervention du Ministre de l’Intérieur M. Guéant pour obtenir une médiation débouchant sur un compromis entre les pouvoirs publics et les associations musulmanes, compromis consistant notamment dans la mise à disposition d’un local par l’Etat moyennant un loyer modéré ce qui par ailleurs constitue là un contournement pas forcément très subtil de la loi de 1905.

 

Le traitement médiatique réservé à cette affaire laisse entendre qu’un nouveau mauvais coup est porté contre notre monde chrétien. En effet, hasard du calendrier ou volonté délibérée de la part des médias de rajouter de l’huile sur le feu, cette situation se déroule juste après la décision du Conseil d’Etat de retirer la Croix du monument érigé sur la place de Ploërmel au motif que les institutions publics ne peuvent financer et favoriser les religions selon le principe de la séparation des Eglises et de l’Etat.

 

Pourquoi les associations musulmanes de Clichy ne souhaitent elles pas utiliser le nouvel établissement inauguré en mai 2016 ?

Après tout, la nouvelle équipe dirigeante élue en 2015 leur a donné accès à un nouveau local situé certes en périphérie de la ville alors que le premier établissement était situé en plein centre de Clichy.

S’agit il de la simple mauvaise foi ou bien faut il y voir une lutte d’influence à celui qui contrôlera le centre de la ville ?

L’ancienne équipe dirigeante (PS celle-là) avait elle pris des engagements envers cette association (clientélisme ?) que les nouveaux élus (LR) auraient reniés ?

 

Le trouble à la circulation et à l’ordre public est il avéré ? Si oui, pourquoi aucune sanction n’est envisagée ? Sinon, cela veut il dire que les fidèles sont dans leur droit le plus strict, laissant imaginer tous les dérapages possibles aux quatre coins de la France?

Autant de questions qui ne trouvent évidemment aucun réponse argumentée dans les médias mais qui illustrent cependant la mauvaise gestion de ce dossier et le manque de volonté évident de trouver une solution apaisée.

 

En guise de conclusion :

Prière d’arrêter les provocations inutiles qui n’ont d’autre but d’affirmer un quelconque pouvoir et de déstabiliser l’équilibre entre les communautés

Prière de respecter la Loi

Prière de rappeler aux différentes parties en présence que la loi sur la laïcité stipule clairement l’interdiction faite aux pouvoirs publics de financer de nouveaux lieux de culte (Cf Croix de Ploërmel).

 

Enfin, prière de ne pas manipuler les esprits.

 

Patrice MAGNERON